Alerte aux légumes tueurs dans le nord de l’Allemagne



Pour éviter les contaminants nous devons cultiver nos légumes ou encore acheter régional et faire nos
réserves pour l’hiver. Ça devient de plus en plus difficile de vivre en santé, tout est contaminé, l’eau, l’air,
le sol et les aliments.

Pour ne pas voir les choses de façon négative nous pourrions dire que l’occasion nous est offerte de nous
conscientiser aux dangers et de prendre notre vie en main pour nous donner le meilleur, nous y avons droit, toutefois il faut cesser d’attendre après les autres, il ne ce passera rien parce que personne ne sait par où commencer pour mettre de l’ordre, les évènements se succèdent à une telle vitesse qu’il nous semble
impossible d’attraper toutes les ficelles pour avoir un regard global, (soyez certains que c’est voulu, on dit
diviser pour mieux régner mais là c’est déstabiliser pour mieux régner…).

Lizette

Berlin, Correspondant – Si vous habitez le nord de l’Allemagne, méfiez-vous des salades, des concombres et
des tomates. Tel est le message que les autorités sanitaires du pays, relayées par Ilse Aigner, la ministre de l’agriculture et de la consommation, diffusent depuis mercredi 25 mai. Selon l’Institut Robert-Koch,
responsable de la veille sanitaire, c’est sans doute en mangeant un de ces aliments, crus, qu’entre trois et
cinq personnes sont mortes ces derniers jours.

Particularité : toutes sont des femmes habitant le nord de l’Allemagne. Elles auraient été infectées par la
bactérie E. coli entérohémorragique (ECEH), qui se transmet à l’homme par la consommation d’aliments
contaminés comme des légumes crus, de la viande haché crue ou du lait cru.

On ignore comment les légumes à l’origine des décès auraient été infectés. Mais c’est en interrogeant sur
leurs habitudes alimentaires 121 femmes de la région de Hambourg, dont 25 infectées par la bactérie, que
l’institut a fait le lien avec les légumes crus. Il recommande donc de les cuire pendant dix minutes à 70°C.

LES VICTIMES SONT DES FEMMES

L’ECEH cause des hémorragies dans le système digestif et se traduit par des diarrhées et du sang dans les
selles, des maux de tête et de vives douleurs au ventre. On parle alors de syndrome hémolytique et
urémique (SHU). L’Institut Robert-Koch a dénombré 140 cas de SHU, – soit plus du double du chiffre
enregistré en 2010 – avec au moins trois décès déjà constatés.

Les autorités sanitaires se sont inquiétées, car la plupart de ces cas sont apparus en moins de deux semaines.

Autre étonnement : les personnes victimes de la bactérie étaient des femmes, déjà adultes.

Selon Klaus Stark, un des experts de l’institut interrogés dans le Tagesspiegel, l’origine de l’infection
pourrait être une espèce rare de la bactérie : l’E. coli 0104, un agent pathogène qu’il n’est pas facile de
distinguer de l’E. coli normal. Sur 588 cas d’E. coli étudiés par le laboratoire Robert-Koch ces vingt
dernières années, l’E. coli 0104 ne concernait que deux d’entre eux. Mais, selon le journal, des cas similaires de décès dus à l’E. coli 0104 ont été signalés en février et en mars aux États-Unis, dans l’État du Montana.

Là aussi, il s’agissait d’adultes.
Frédéric Lemaître
Source: http://www.lemonde.fr

Article paru dans l’édition du 27.05.11

___________________________________________________________________________________________

J’ajoute cette nouvelle de dernière minute

Je n’en reviens juste pas, coudonc… que ce passe t’il avec la conscience humaine ?
Arroser avec les égouts, qui peut avoir une telle idée complètement désaxée ?

Concombres infectés : Bruxelles lance une alerte à la bactérie tueuse

La Commission européenne vient de lancer une alerte pour informer que des concombres importés d’Espagne sont l’un des vecteurs de transmission de la bactérie Escherichia.coli enterohémorragique (Eceh). En Allemagne, jamais autant d’adultes n’avaient été si durement touchés par ce germe qui a pris une forme rare. Trois personnes en sont mortes. Plus de 600 en souffrent depuis ces derniers jours.
La maladie, très contagieuse, se transmet par des légumes crus mais aussi par contact humain, selon l’Institut Robert-Koch, établissement fédéral allemand chargé du contrôle sanitaire et de la lutte contre les maladies.

Les concombres porteurs de cette maladie, qui se traduit par des diarrhées et du sang dans les selles, des maux de tête et de vives douleurs au ventre, viennent de Malaga et d’Almeria, en Andalousie. Les autorités espagnoles cherchent à localiser l’exploitation contaminée pour en découvrir la cause. Cette information sera déterminante, car elle permettra de localiser les pays qui ont acheté ces légumes. Un lot parti des Pays-Bas et commercialisé en Allemagne est également l’objet d’un examen.

Des légumes bio infectés. Face à la propagation de la bactérie, quatre tests ont été effectués par la Ville-Etat de Hambourg sur des concombres, explique le site du quotidien «Hamburger Abendblatt». Si l’origine d’un de ces cucurbitacées porteurs de la bactérie n’avait pas été identifiée, les trois autres proviennent clairement de deux producteurs espagnols. Le porte-parole du ministère de la Santé de Hambourg a cité deux marques : «Bio Franet Pepino» un producteur de concombres bio, installé dans la province de Malaga, et en «Hortofrutícola», à Almeria (Andalousie). Des analyses supplémentaires doivent toutefois être diligentées. Il est possible que d’autres aliments (des tomates, par exemple) soient également contaminés. Les autorités appellent à ne plus manger ce légume.

Hambourg est particulièrement touchée… Ce jeudi, 300 habitants de cette grande cité portuaire ont été infectés ou présentent des troubles pouvant être associés à une forme particulière d’Eceh. Soixante-six personnes y ont déjà été hospitalisées après avoir développé des troubles graves appelés syndrome hémolytique et urémique (SHU). Dans l’ensemble de l’Allemagne, 214 cas de SHU ont été officiellement recensés alors qu’en moyenne, 50 à 60 cas sont répertoriés par an, selon le dernier bilan de l’Institut Robert-Koch.

… et les médecins ne sont pas optimistes. «Nous nous attendons à perdre des patients», explique le docteur Rolf, un néphrologue de l’hôpital de Hambourg-Eppendorf, où 50 malades sont hospitalisés et dont certains sont sous dialyse. Par ailleurs, la période d’incubation est de dix jours, ce qui laisse présager de nouveaux cas, selon diepresse.com.

Les spécificités de la bactérie de Hambourg. Selon l’Institut Robert-Koch, aucun agent pathogène n’a été trouvé jusqu’à présent dans la viande, le lait et le fromage, comme cela est souvent la cas pour Escherichia.coli enterohémorragique. Autre particularité : les deux tiers des malades sont des femmes. La contamination des légumes par des matières fécales humaines ou animales (du fumier, par exemple) est l’une des pistes que l’Institut étudie.

Deux cantines fermées à Francfort. A Francfort, dans l’ouest de l’Allemagne, l’office sanitaire a indiqué avoir fermé à titre préventif deux cantines d’une société de conseils où des produits alimentaires contaminés pourraient avoir été livrés. La filiale allemande du groupe français Sodexo, numéro un mondial de la restauration collective, avait indiqué lundi que «des salariés et des clients» étaient touchés par la bactérie.

L’Union veut limiter la propagation de la bactérie. Outre l’alerte lancée ce jeudi soir, l’UE appelle les personnes ayant récemment effectué une visite en Allemagne «à faire attention à des symptômes tels que des diarrhées accompagnées de saignements et de consulter leur médecin». La Commission souligne qu’il est «essentiel d’identifier les cas potentiels liés à cette maladie (….) pour éviter la propagation» de l’infection. Quelques cas suspects ont été relevés en Suède, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas chez des personnes ayant récemment voyagé en Allemagne et sont en cours d’examen.

LeParisien.fr

par Sortir du Chaos et de l'illusion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s