Au Québec, la santé publique relève d’une dictature


Voici une information que nous venons de recevoir du Canada :

« Tout le personnel des écoles a reçu un avis selon lequel nous avons une semaine pour fournir une preuve de vaccination contre la rougeole pour les gens nés après 1970, sans quoi nous serons suspendus de nos fonctions SANS SALAIRE pour une période minimale de 14 jours… Les enfants non-vaccinés, ou qui n’ont pas de preuve vaccinale, seront eux aussi renvoyés à la maison pour 14 jours minimum. »

Ainsi, tous les membres du personnel, direction, enseignants et bénévoles qui refuseront de se faire vacciner contre la rougeole seront en congé forcé SANS SOLDE pour un temps indéterminé. Cette mesure, proclamée par la Santé Publique et en totale collusion avec l’Industrie pharmaceutique, rend ainsi la vaccination obligatoire.

Or, au Québec, la vaccination est un libre-choix. D’ailleurs, l’article 1 de la Charte québécoise des droits et libertés, stipule que « Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne. Il possède également la personnalité juridique. »

Et l’article 7 de la  Charte canadienne des droits et libertés confirme que « Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu’en conformité avec les principes de justice fondamentale. »

Quant au Code civil du Québec, l’article 11 va dans le même sens : « Nul ne peut être soumis sans son consentement à des soins, quelle qu’en soit la nature, qu’il s’agisse d’examens, de prélèvements, de traitements ou de toute autre intervention. »

Un jugement a été rendu en mars 1990 et un juge a reconnu que lors d’une épidémie (comment déterminer quand il y a « épidémie » ?) de rougeole, les parents ne sont pas tenus de faire vacciner leurs enfants, mais doivent les retirer de l’école jusqu’à ce que se résorbe la situation.

Cependant, La Loi sur la santé publique du Québec, à l’article 123, déclare ceci :   « Au cours de l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement ou le ministre peut ordonner la vaccination obligatoire de toute la population contre la variole ou contre une autre maladie contagieuse menaçant gravement la santé de la population. »  Dans cette disposition, un juge d’une cour municipale peut même ordonner la vaccination obligatoire pour tous les citoyens…

Donc, selon ces lois, l’école peut retirer les enfants des écoles en toute légalité, tout comme elle peut priver ses employés de salaire pendant un temps jugé nécessaire. Même contraintes pour tous les employés dans tous les domaines. La vaccination est réputée être non-obligatoire au Québec, mais elle est en fait obligatoire dans des circonstances préétablies.  

Source:      Sylvie Simon

par Sortir du Chaos et de l'illusion

2 commentaires sur “Au Québec, la santé publique relève d’une dictature

  1. Vous faites référence à la charte québécoise des droits et libertés DE LA PERSONNE et non de l’être humain.

    Vous avez une personne. Vous n’êtes pas une personne en termes juridique,

    La situation est de même dans la plupart des pays de la planète ayant souscrit à la pratique légale du « strawman » (l’homme de paille » faisant allusion à l’entité fictive qui est associée à vous en tant qu’être humain sans votre consentement libre, éclairé et informé soit votre numéro d’assurance sociale.

    Ce numéro aussi appelé numéro d’employé de la corporation du CANADA (à différencer du pays géographique et physique du Canada) fait de votre personne un employé de cette corporation permettant frauduleusement de vous faire croire que vous devez obéir à tout règlement, code, statut, policier, juge, etc.

    Il n’en est rien sauf si une « loi » donnée stipule « nul » et/ou « chacun » ou des synonymes des dits termes tel « tous » et « aucun ».

    Voir :
    http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/C_12/C12.HTM

    9.1. stipule :

    « Les libertés et droits fondamentaux s’exercent dans le respect des valeurs démocratiques, de l’ordre public et du bien-être général des citoyens du Québec.
    Rôle de la loi.
    La loi peut, à cet égard, en fixer la portée et en aménager l’exercice. »

    Définir « valeurs démocratiques ».
    Un ordre public dictatorial, pacifique, libertin, etc ?
    De plus, je ne suis pas un « citoyen ». Je suis un résident.
    9.1 semble transformer des Droits fondamentaux en privilèges.
    La phrase aurait dû ressembler à :
    « Les libertés et droits fondamentaux s’exercent dans le respect des libertés et droits fondamentaux de tout autre être humain ayant ces mêmes libertés et droits fondamentaux. »

    Notez les différences.
    1. Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne. (nuance est faite entre humain et personne)

    2. Tout être humain dont la vie est en péril a droit au secours.

    À 3-4-5-6, on précise « Toute personne… ».
    À 8, on précise « Nul ». Exclut être humain et personne.
    À 9, On dit « Chacun ». Inclut être humain et personne.

    Il est raisonnable alors de conclure que le terme juridique « toute personne » exclut donc « être humain ».

    Une personne en terme juridique est une entité fictive créée par un ou des êtres humains soit une corporation composée d’une personne tel votre numéro d’assurance sociale ou de plusieurs personnes tel compagnies, association, regroupements, gouvernement, etc.

    Quand les termes « chacun » et « nul » sont utilisés, c’est qu’il y a danger de crime soit de dommage réel.

    Une infraction n’est pas un crime. C’est un manque au respect d’une réglementation, d’un code et/ou d’un statut quelconque qui peut varier d’une région juridique à l’autre.

    Un crime est toujours un crime quelque soit cette région.

    Ne pas respecter l’intégrité de votre corps est un crime, un point c’est tout.

  2. Pourquoi la rougeole est ré-apparue? Pour moi, ça ressemble à la recette suivante (comme bien d’autre chose à notre époque)

    1) On crée un problème (ré-apparition de la rougeole, pourquoi maintenant?)

    2) On laisse les gens réagir (oh my God, quelle horreur, on va tous souffrir !!!)

    3) On offre une solution (hourra, on est sauvé, il y a un vaccin et le gouvernement prend soin de nous…)

    Je ne veux pas ridiculiser la maladie, juste que pour la vaccination obligatoire, il y une simple question à poser: à qui ça profite? Ou va l’argent de l’achat de tous les vaccins?

    Je vous laisse répondre à la question.

    Bonne fin de semaine 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s