HYDRO-QUÉBEC S’EN VA DROIT DANS LE MUR ET COMMET UNE VIOLATION DES DROITS ET LIBERTÉS


Communiqué de presse Pour diffusion immédiate

L’Anse-Saint-Jean, mardi le 9 octobre 2012

HYDRO-QUÉBEC S’EN VA DROIT DANS LE MUR ET COMMET UNE VIOLATION DES DROITS ET LIBERTÉS

Pour la CQLPE, l’autorisation accordée par Richard Lassonde de la Régie de l’énergie à la phase I du déploiement des compteurs ‘intelligents’ repose sur des arguments fallacieux, sur une absence complète de rigueur au plan de la prétendue rentabilité économique à long terme de ce choix technologique, et sur un déni éhonté du droit le plus fondamental à vivre dans un environnement sain qui ne met pas en danger la santé et la qualité de vie de la population.

• Il est fallacieux de prétendre que les micro-ondes émises sont si faibles qu’elles ne posent aucun risque à la santé humaine. En effet, en se basant sur la moyenne des pics d’émissions, la véritable puissance des salves répétées constituant un assaut incessant contre le fragile équilibre bioélectrique et biologique de toute forme de vie est camouflée (voir http://ow.ly/ekwHd). En réalité, et quoi qu’en dise Santé Canada dont les responsables refusent de tenir compte du poids désormais prépondérant des études scientifiques établissant sans la moindre ambiguïté les pernicieux effets biologiques causés par des niveaux d’exposition des milliers de fois plus faibles que ceux autorisés par la directive du Code de sécurité 6, les effets génotoxiques et cancérigènes des micro-ondes pulsées émises par ces compteurs sont pour nous indéniables.

Déployer un réseau maillé où des millions d’émetteurs vont communiquer continuellement ensemble et avec les routeurs retransmettant un déluge de données aux antennes du réseau cellulaire de Rogers, c’est comme ajouter un nouveau réseau de téléphonie cellulaire sur les stéroïdes, puisqu’il fonctionnera sans arrêt, et ce sera indubitablement l’orage électromagnétique qui fera déborder le vase déjà bien rempli du niveau élevé d’électrosmog ambiant. Refuser d’admettre cette évidence, c’est considérer comme acceptables la dégradation de la santé de toute la population et l’épidémie d’électrosensibilité qui en résulteront inévitablement.

Plusieurs intervenants ont clairement fait la démonstration que les $300 millions d’économie sur 20 ans qu’Hydro-Québec prétend pouvoir réaliser avec cette technologie ne sont que de la poudre aux yeux. Au contraire, il en coûtera AU MOINS $100 millions de plus que si l’on conservait le système de relève manuelle actuelle. Cherchez l’erreur !

De plus, connaissant bien les nombreux dépassements de coûts auxquels Hydro-Québec nous a habitués, et ses précédentes bourdes financières comme la centrale thermique inutilisée de Bécancour qui, selon Radio-Canada – voir L’éléphant blanc d’Hydro-Québec (http://ow.ly/ekrlT) – pourrait nous coûter en tout d’ici 14 ans « plus de 2 milliards de dollars sans jamais produire d’électricité », la véritable facture de cette fuite technologique en avant risque d’être très salée. Qui va la payer en bout de ligne ? Tous les Québécois. Avons-nous envie de prendre un tel risque alors que le gouvernement peine à juguler le déficit chronique des finances publiques ? Certainement pas.

Dans sa décision, le régisseur Lassonde écarte du revers de la main les témoignages présentés par un expert de renommée internationale, le Dr David Carpenter, qu’il a eu l’audace de bâillonner en acceptant sans réfléchir la requête de l’avocate d’Hydro-Québec qui exigeait qu’aucune compétence ne soit reconnue au Dr. Carpenter pour se prononcer sur toute question d’ordre médical, ce qui formait pourtant l’essence même de ce qu’il avait à révéler.

C’est à une véritable parodie du mandat d’enquête de la Régie que Richard Lassonde a présidé. Telle la tour de Pise, sa sympathie penchait systématiquement tout au long des audiences, du côté des thèses indéfendables d’Hydro-Québec. Qui plus est, il n’a pas su admettre le fait que lui-même ne possède pas les compétences scientifiques et médicales nécessaires pour analyser, comprendre et évaluer les informations qui lui ont été présentées en preuve.

Devant un tel simulacre de justice qui démontre à quel point les dés étaient pipés à l’avance, il ne faudra pas se surprendre si la population des zones visées par la Phase I décide d’opposer une résistance farouche et déterminée à cette violation du droit à la santé, à la sécurité et à la liberté qu’Hydro-Québec s’apprête à commettre. Mais cette fois, elle n’aura pas à descendre dans la rue pour taper sur des casseroles. Comme une grande partie des compteurs dans la ville de Montréal sont situés à l’intérieur des résidences, il est fort probable qu’un grand nombre de gens suivront l’exemple des 6 500 abonnés de l’arrondissement Villeray qui ont simplement refusé à 3 reprises d’ouvrir leur porte aux techniciens chargés de remplacer leur compteur.

Plutôt qu’un chant du coq après ces 3 tentatives infructueuses de remplacer le compteur des irréductibles Montréalais, c’est un chant du cygne qui s’élèvera et viendra faire avorter cette grossière atteinte à la décence, cette invasion en règle de nos domiciles par une technologie n’ayant JAMAIS fait l’objet, nulle part dans le monde, d’une étude d’impacts permettant de confirmer les prétentions indéfendables d’innocuité que l’on ne cesse de nous répéter, comme si le fait de les répéter suffisait à les prouver.

Ça ne passera pas.

La CQLPE attend du nouveau gouvernement péquiste qu’il ne suive pas les traces du précédent gouvernement, mais qu’il exige d’Hydro-Québec de sursoir sans délai à ce projet. À l’instar d’autres organismes mobilisés pour stopper cette arnaque inqualifiable, nous réclamons que le mandat soit confié dans les plus brefs délais au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement de mettre sur pied une commission d’enquête itinérante, composée d’experts indépendants, et de lui confier le mandat d’examiner tous les aspects de ce projet afin de déterminer quelle est la meilleure voie à suivre afin de remplacer, si besoin est, le système actuel qui nous a si bien servi depuis tant d’années.

Nous l’enjoignons également d’ordonner séance tenante à Hydro-Québec de remplacer, sur simple demande des abonnés et sans frais additionnels, comme au Vermont (voir http://ow.ly/ekyG6), par des compteurs électromécaniques les compteurs à radiofréquences de marque Landis+Gyr et Itron déjà installés, afin d’éviter de prolonger encore plus longtemps les souffrances souvent intolérables et la détérioration inacceptable de la qualité de vie des personnes affectées du syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques. Pour la CQLPE, tout compteur numérique doté d’un émetteur et engendrant des hautes fréquences transitoires (communément appelée « électricité sale » un autre défaut de cette technologie – voir http://ow.ly/eky1L) constitue un risque inacceptable en raison des nombreux symptômes d’électrohypersensibilité qu’il déclenche chez les citoyens exposés aux 840 000 appareils de ce type déjà déployés aux quatre coins du Québec.

Pour prendre connaissance d’éléments d’information complémentaire, veuillez consulter le http://www.cqlpe.ca/Annexe9-10-12.htm

Pour plus d’informations ou pour une demande d’entrevue, veuillez contacter José Lévesque (levesque.jos@videotron.ca) 450-432-6820, porte-parole de la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétiquewww.cqlpe.ca

Source:   http://www.cqlpe.ca
Voir Communiqué de presse de la CQLPE diffusé le 9 octobre 2012 (Annexe l’accompagnant)

 

par Sortir du Chaos et de l'illusion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s